Membres

Vos impressions ici :



Écrivez vos impressions sur ce blog et son auteur (et non des demandes de renseignements)

http://www.livre-dor.net/livre.php?livredor=130290.

lundi 12 septembre 2011

LES HUILES ESSENTIELLES

L’aromathérapie et les huiles essentielles




« Tout peut guérir par les arômes, si l’on sait s’en servir, les doser et les appliquer à bon escient » ( Dr Foveau de Courmelles).



POURQUOI LES HUILES ESSENTIELLES ?


Connues depuis des millénaires, les plantes aromatiques étaient utilisées à des fins religieuses ou médicamenteuses. D’abord utilisées entières sous forme de fumigation, puis par macération et décoction, petit à petit au cours des siècles, les hommes ont utilisé leurs vertus curatives ou préventives (dans les rues des grandes villes atteintes de peste, on brulait les plantes aromatiques pour assainir l’atmosphère). Si les momies ont traversé les millénaires, c’est parce que les égyptiens embaumaient tous les tissus des morts avec des préparations de plantes aromatiques.


Mais ce n’est que vers les années 1970 que les méthodes d’analyse scientifiques ont été mises au point afin de connaître parfaitement le profil biochimique des huiles essentielles et d’identifier toutes les molécules les composant (c’est ce qu’on appelle le chémotype).

Certifiée bio ou non, la meilleure huile essentielle est celle qui est chémotypée, 100% pure, 100% naturelle, 100% complète.
Généralement obtenue par distillation de tout ou une partie d’une plante aromatique par entrainement à la vapeur d’eau, l’huile essentielle en est son extrait fluide, volatile et ultra-concentré. Il faut en moyenne une tonne de plantes pour obtenir un litre d’huile!

On les utilise par voies cutanée, orale, rectale, vaginale, auriculaire ou atmosphérique, pure ou diluée dans de l’huile, de l’alcool ou autre corps gras, mais jamais dans de l’eau.

Elles ont des pouvoirs multiples : antibactériens, antiviraux, antifongiques, antiparasitaires, immuno stimulants, anti-inflammatoires, antalgiques, calmants, sédatifs, mucolytiques, expectorants.

Ce pouvoir extraordinaire résulte du fait qu’il existe de nombreux composés biochimiques différents (50 à 200 par huile) et qui confèrent à chaque huile des activités thérapeutiques propres. Chaque huile essentielle aura une activité et un spectre d’action différents selon l’espèce ou la partie de la plante aromatique utilisée et même selon son origine géographique et son mode de culture.

L’association judicieuse de plusieurs huiles va permettre une synergie pour obtenir des remèdes d’une plus grande force d’action. Mais attention, mal utilisées, elles peuvent s’avérer toxiques ou caustiques, c’est pourquoi il faut les utiliser avec beaucoup de précautions.



MISE EN GARDE:

Certains composés naturels contenus dans les huiles essentielles peuvent présenter un risque d’allergie chez certains animaux sensibles. En règle générale, faites toujours un test d’application dans un endroit dépourvu de poil 12 heures avant application.

( D'après le Dr Joëlle Robyns, vétérinaire praticien).


Quelques propriétés des huiles essentielles :

-Ail : antiseptique, bactéricide, vermifuge, révulsif, diurétique.
-Basilic : stimulant général,, tonique.
-Cannelle : stimulant circulatoire, respiratoire, cardiaque, antiseptique.
-Cèdre: antiseptique, fongicide.
-Cyprès : cicatrisant, hémostatique, diurétique, pectoral puissant, fébrifuge, anticancéreux.
-Eucalyptus : Antiseptique pulmonaire, et urinaire, balsamique,; il fluidifie les expectorations et calme la toux.
-Genévrier : tonique, antiseptique, dépuratif, diurétique, antidiabétique, anti-arthrosique.
-Géranium : tonique, astringent, antiseptique, hémostatique, cicatrisant, diurétique, action positive sur le larynx.
-Girofle : antiseptique et bactéricide puissant, anti-infectieux, stomachique puissant.
-Lavande : antispasmodique, calmant de l’excitabilité cérébro-spinale, antiseptique, bactéricide, cholagogue, vermifuge, régulateur cardiaque. Usage externe :cicatrisant, insecticide et parasiticide (tiques).
-Marjolaine : sédatif nerveux, tranquillisant, vagotonique.
-Niaouli : antiseptique pulmonaire puissant et aussi intestinal et urinaire.
-Origan : apéritif, stomachique, antiseptique des voies respiratoires, expectorant, action antivirale, cicatrisant et stimulant tissulaire. Usage externe : parasiticide.
-Pin : antiseptique puissant des voies respiratoires, expectorant, antiseptique des voies urinaires, cholagogue, diurétique. Usage externe : rubéfiant (rhumatismes).
-Romarin : stimulant général, cardiotonique, cholagogue, antiseptique, cicatrisant, stimulant tissulaire, antiseptique pulmonaire, calme la toux.
-Sauge : stimulant général, diurétique, fébrifuge, antiseptique, dépuratif, draineur général, anticancéreux
-Thym : stimulant général, antiseptique intestinal, pulmonaire et rénal, vermifuge et cicatrisant, antalgique. Usage externe : antiseptique et bactéricide, antivenimeux révulsif et parasiticide
-Verveine : antispasmodique, digestif. Usage externe : parasiticide..

On peut les utiliser soit seules, soit sous forme d’associations diverses afin d’assurer une synergie déterminée pour la maladie qu’ on veut traiter.

L’activité et l’efficacité des HE dépend dépend beaucoup de leur pureté et du terroir dont-elles proviennent ( Cannelle de Ceylan, Thym de Montpellier…).
Tout coupage avec des produits de synthèse détruit tout ou une partie de leur activité.
Il faut aussi éviter les HE de synthèse qui ne renferment que quelques composants fabriqués chimiquement... ! De même pour les HE déterpinées ou modifiées.
Mal choisies, les HE pourraient être inefficaces voire toxiques.

Sur un flacon d’HE doit toujours figurer :
Le nom commun, l’espèce botanique ( en latin), la partie de la plante distillée, le marqueur biochimique à savoir son chémotype en CT, le pays d’origine, e n° de lot et date de péremption et enfin son volume.

Il faut choisir
Soit : des huiles essentielles biologiquement et biochimiquement déterminée ( HEBBD)
Soit des huiles essentielles hémotypes ( HECT).
….et si possible BIO !

La Dilution :

La dilution utilisée dépendra de l’HE utilisée, et de la voie d’administration (atmosphérique, orale , cutanée…).
Les huiles essentielles (HE) peuvent être utilisées pures pour certaines mais d’autres doivent être diluées avant application. Pour cela on peut utiliser de l’huile (macadamia, olive, sésame, noix…), de l’alcool, du lait ou un solubilisant (solubol par ex.).


En règle générale, on utilise les dilutions :

-1% en cosmétique
-3% pour la voie nasale et auriculaire.
-5% pour la gestion du stress.
-7% pour la circulation sanguine et lymphatique.
-10% pour une peau sensible ou si les HE sont irritantes ( Cannelle par ex.).
-15% pour une action musculaire.
-20% pour une action systémique.
- 30% pour une action locale.
-50% si on hésite à l’employer pur!
-100% des huiles sans risques :
-Ravintsara, lavande aspic, localement pour les piqûres venimeuses (serpents , insectes ). (1)
-Lavande vraie pour l’anxiété, en massages de la plante des pieds.

( d’après Joëlle Robyns, vétérinaire praticien).

(1)-J’ajouterai à cette liste de « produits sans risques » l'usage du genêt par mes clients chasseurs, en cas de morsure de serpent de leur chien (en frictions locales). Cela ne les dispensaient pas de venir me consulter ensuite pour avoir un traitement par voie générale. Son action m'est apparu bénéfique: moins d’œdème et de meilleures suites !

Quelques indications thérapeutiques fournies par le Dr Joëlle Robyns, vétérinaire praticien :

-Cannelle de Chine et Cannelle de Ceylan :
Indications :
Infection de tout ordre : respiratoire, gynécologique, urinaire, cutané, intestinale... Concernant les infections parasitaires, des essais cliniques sont en cours pour la Leishmaniose canine.
Spécificité :
C'est une HE plutôt délicate car très puissante, il faut absolument la diluer avant de l'appliquer sur la peau.
PS : Petite remarque personnelle: j'avais étudié pour un laboratoire, il y a q.q années, son activité dans les otites du chien. Son action était remarquable mais son utilisation était cependant douloureuse...Vraisemblablement, la solution fournie par le laboratoire devait être trop forte ! l'étude a été abandonnée.... A reprendre !

- Eucalyptus mentholé :
Indications :
Infections respiratoires aiguës ou chroniques : coryza et toux de chenil.
spécificité :
C'est une HE indispensable dans les affections où le mucus encombre les voies respiratoires.Comme elle contient pour moitié des cétones qui sont réputées abortives et neurotoxiques à fortes doses, il faut la diluer et ne pas sur doser même si la pipéritone est réputée "douce".

-Eucalyptus radié:
Indications:
Affections respiratoires bactériennes et virales, encombrements nasal et bronchique, fatigue, perte de tonus.
Spécificité :
HE d'une grande sécurité d'emploi, peut s'appliquer pur sur la peau !

- Lavande Aspic :
Indications :
Brûlures et piqures d'insectes et autres venins ( méduses, scorpions, vipères, chenilles processionnaires...).
Spécificité :
C'est l'HE d'urgence car elle soulage immédiatement tout en neutralisant la toxine. Elle ne présente aucune toxicité, elle s'utilise pure en cas d'urgence.

-Lavande vraie ou officinale :
Indications :
Plaies, ulcères, brulures, eczémas,...partout où il faut cicatriser !
Rhumatismes, crampes, contractures et spasmes musculaires.
Stress, anxiété, agitations, insomnies.
Spécificité :
S'il ne vous en faut qu'une seule, ce sera celle là; c'est l'HE indispensable à tout.Elle peut s'utiliser pure sur la peau mais une concentration de 1% est déjà très bénéfique.

-Lemongrass :
Indications :
Large variété de maladies infectieuses en voie locale (virale, antifongique, bactérienne).Gale, poux, poux, moustiques...Tendinites et arthrites.
Spécificité :
Efficace dans de nombreux domaines, elle a l'avantage d'être d'un prix attractif !
Sa fragrance est aussi un atout important.

-Menthe des champs :
Indications:
Pour refroidir une zone douloureuse ( tendinites, arthrites...).
Pour calmer une peau enflammée ( DAPP, atopie...).
Dyspepsie et vomissements.
Spécificité :
Effet glacé par contact sur la peau, effet anesthésiant; considérée comme stupéfiant à forte dose.

-Myrrhe :
Indications :
Plaies atones, ulcères cutanés,escarres, abcès, furoncles.
Diarrhées, dysenteries, coliques.
-Spécificité :
C'est une HE très ancienne aux connotations religieuses ( Les rois-mages). Elle entre dans la composition du Kephi.

-Niaouli :
Indications :
Infections respiratoires avec encombrement.
Herpès cutané et déficience immunitaire. Mycose. Prévention de lésions cutanées par rayonnement.
Spécificité :
Aucune toxicité, c'est une HE bonne à tout.

-Palmarosa :
Indications :
Toutes formes d'infections fongiques et toutes localisations; Plaies et dermatoses. Large panel d'infections ORL. Facilite l'accouchement.
Spécificité :
Grande efficacité pour grande tolérance.

-Patchouli :
Indications :
Problèmes circulatoires, hémorroïdes ( PS: elles n'existent pas chez les carnivores )
Problèmes cutanées: acné, eczéma séborrhéique,dermatoses inflammatoires et allergiques, parasitoses, mycoses, impétigo, escarres, cicatrices, peaux grasses et chargées.
Spécificité :
Contre indiquée dans les cancers oestrogéno-dépendants.

-Pin sylvestre :
Indications :
Rhumatismes, arthrites, sciatique.
Affections respiratoires avec encombrement. Baisse de forme, épuisement.
Spécificité :
Cette HE est bien connue de nos grands-mères pour son effet balsamique !

-Ravintsara :
Indications :
Coryzas, toux de chenil,pasteurellose du lapin, maladie respiratoire chronique du rat, soutien du chat FIV, Felv et toute autre affection virale.
Spécificité :
HE sans toxicité et remarquablement tolérée.Elle s'utilise aussi bien par voie interne que par la voie externe, même à l'état pur.
HE antivirale exceptionnelle.

Tea tree ou arbre à thé :
Indications :
Toutes les infections et toutes localisations.
Prévention des lésions par rayonnement.
Spécificité :
Un rapport qualité / prix imbattable pour une HE exceptionnelle.
Aucune toxicité.

Thym à feuilles de sarriette :
Indications :
Toutes infections, toutes localisations, aiguës ou chroniques.
Baisse de forme.
Spécificité :
A diluer pour peaux sensibles.

PS : Ces HE sont commercialisées notamment par le laboratoire vétérinaire Vet Essentiel sous forme de complexes. Ils sont prêts à l'emploi et adaptés à des indications thérapeutiques précises. Ils ne sont délivrés que sur prescription du vétérinaire traitant.

Pour une utilisation rationnelle des huiles essentielles , il est préférable de demander conseil à Votre vétérinaire notamment chez le chat où beaucoup d’huiles essentielles sont à éviter car très dangereuses.
En effet, cette espèce ne métabolise pas les phénols qui sont hépatotoxiques et les cétones, neurotoxiques, présents dans beaucoup d'huiles essentielles....Prudence !



Sources principales de l'article :

Dr Joëlle Robyns, vétérinaire praticien à Nice.
Laboratoire vétérinaire d'HE : Vet Essentiel, 35 avenue de Pessicart O6100 Nice site : (contact@vetessentiel.com) : liste de complexes commercialisés.
Biothérapies Dr H. Quiquandon, vétérinaire.



Correspondances avec le Dr J.Robyns, vétérinaire :


1)-"Les chats sont très sensibles aux odeurs et il est parfois difficile de leur appliquer un produit 2 jours de suite. De plus, ils possèdent un organe particulier (l'organe de Jacobson)qui leur permet de détecter des molécules volatiles comme les phéromones. Le chat peut donc réagir de manière extrêmement forte au vu de la puissance olfactive des HE ( hyper salivation, fuite, régurgitation...).
Il faut donc toujours débuter avec une faible dose pour les habituer à l'odeur et ne pas saturer l'organe voméro-nasal.
Il ne faut leur faire avaler des HE qu'à très faible dose, car leur foie ne métabolise pas les terpènes ( pas de glucoronyl-transférase)".


2)-"Concernant la toxicité des huiles essentielles chez le chat, tout dépend du type d'huile essentielle, de la dose, de sa voie d'administration et aussi de la durée du traitement.
Son système hépatique ne possède pas l'enzyme necessaire à la "gluconoconjugaison" ce qui fait qu'il métabolise beaucoup plus lentement les HE
Ainsi, il est déconseillé de lui administrer des HE en grande quantité par voie orale.
Toutefois, j'ai eu d'excellents résultats sur un chat FIV avec notre "STIMUNVET" en lui administrant par voie orale 5 jours sur 7 pendant 3 semaines
De même notre "INHALVET" que nous utillisons depuis 2 ans en spot on sur des chats fatigués ou ayant un coryza n'a jamais montré d'effet toxique hormis de rare réaction locale (plutôt d'origine allergique)
Bien sur, les huiles essentielles étant très puissantes, dans le doute il vaut mieux appliquer le principe de précaution. C'est pourquoi nous avons élaboré une gamme de produits à base d'HE pour les vétérinaires qui n'ont pas ou peu de connaissance en huiles essentielles".

Quelques APPLICATIONS PRATIQUES  :

1)-La parvovirose canine :

C'est une maladie virale et face aux virus, la médecine traditionnelle est plutôt démunie.

 Les vaccins sont efficaces en préventif mais  dès que le virus se développe, rien ou presque ne peut arrêter l’envahisseur !

Eh bien, non ! Les huiles essentielles sont extrêmement puissantes ! Surtout si

l’on les administre rapidement et en quantité suffisante.

Bien sur, il est possible de les administrer en préventif, puisqu’elle sont aussi

stimulantes immunitaire et tonifiantes.

De nombreuses huiles essentielles conviennent, j’ai une prédilection pour les HE

de Ravintsara, d’eucalyptus radié et de Niaouli, très puissantes mais aussi bien

supportées. Les HE contenant des alcools conviennent aussi : le bois de rose, le

thym à linalol ou à thujanol... Je rajoute à ma préparation l’HE de Basilic tropical

pour son action antispasmodique très efficace.

L’idéal est de faire un mélange d’HE pour obtenir de meilleurs résultats, c’est ce

qu’on appelle une synergie.

En pratique, voici ce que je conseille :


 Mélanger 2 ml He Ravintsara + 2 ml He Eucalyptus radié + 2 ml He Niaouli + 2 ml He bois de rose + 2 ml He basilic  tropical = 10 ml. Ce mélange peut être appliqué pur mais pour une meilleure

tolérance, il est préférable de le diluer avec 10ml d’huile végétale (celle que vous

voulez).

Sur un chien en virémie aiguë, faire avaler 1ml /10kg toutes les 3 à 4 heures

en lui massant aussi le ventre. Dès amélioration, continuer 3x/jour pendant

maximum 5 jours puis diminuer les doses.

Pour les autres chiens non atteints, faire avaler ce même mélange à raison de

5 gouttes/10 KG 3X/jour pendant une semaine. Si un chien développe la maladie

malgré tout, donner le premier protocole.

Ce protocole est valable pour l’infection par le parvovirus mais aussi pour

d’autres affections virales.

2)-Chez le chat atteint du FIV :

 Les huiles essentielles aussi ont leur place face à l’infection par le virus FIV


 mais il est presque impossible de leur faire avaler des HE car ils se mettent

aussitôt à baver et il est exclu de poursuivre le traitement. En revanche, le

Stimunvet® de Vetessentiel est une capsule qui contient un mélange d’He qu’il

est facile d’administrer si le chat a l’habitude d’avaler des comprimés.

Je conseille une gélule par jour pendant 1 semaine puis une gélule 2 fois par

semaine, à moduler en fonction de l’état et du poids du chat bien sur ! Un bilan

hépato-rénal est préférable avant et au cours du traitement.

Il ne faut surtout pas que le chat « croque » la gélule sinon les He se libèreront

dans la bouche...

N’hésitez pas à me poser vos questions et tenez-moi informée de vos résultats !

En savoir plus sur les huiles essentielles ? Visitez les sites :

www.aromatherapieveterinaire.com et http://www.vetessentiel.com

Dr J.Robyns, vétérinaire.


Message du blog du 21/06/2012 , en réponse à Katia :

 Pour assainir l'air ambiant à moindre cout, je conseille le tea tree avec eucalytus radié (2/3 1/3 ou 1/2 1/2)dans un nébulisateur , le mieux étant à effet venturi. 10 mn à 1/4 heure 3 fois par jour.
Surtout ne pas chauffer les HE qui se déteriorent à la chaleur
Pour un endroit confiné, je ne peux que conseiller notre Inhalvet® qui est utilisé avec succès à la chatterie d'assistance aux animaux de Carros depuis plus d'un an. On peut même l'utiliser en spot on mais seul un vétérinaire peut vous le procurer.
Les HE sont d'une grande utilité pour lutter contre les nombreux germes qui composent le "coryza" en ayant une action antivirale, antibactérienne stimulante immunitaire et tonifiante.
Mais les HE peuvent être couteuses, et attention aux effets secondaires, surtout chez le chat....
bon courage!!!  

Joëlle Robyns.







.















jeudi 8 septembre 2011

Le drainage

Six siècles avant J.C, Hippocrate parlait déjà du drainage dans ses Aphorismes :

« Les humeurs à évacuer doivent être dirigées particulièrement vers les lieux où elles tendent et par les voies convenables.... Les évacuations ne peuvent pas être jugées d’après leur quantité mais d’après leur qualité; elles doivent être normales et régulières. Il faut veiller également qu’elles soient supportées aisément...».

En effet, tout organisme vivant comme toute machine produit des déchets : des toxines .
Celles-ci peuvent être issues du métabolisme propre à l’individu ou encore provenir héréditairement .
Les maladies contractées par l’animal au cours de son existence produisent des toxines qui peuvent être microbiennes, virales, vaccinales ou plus simplement dysmétaboliques; il ne faut pas oublier les différentes pollutions ( eau , air, alimentation…) qui augmentent la toxémie initiale....

Il faut donc « canaliser » ces toxines , en ouvrant les émonctoires naturels ( foie, reins, intestins, poumons, peau…) afin de réaliser leur élimination.
Ce travail doit être réalisée avec méthode.
Il n’est plus question comme au temps de Molière de tout vouloir guérir par un traitement mal adapté ( saignées, purges…). Il faut trouver le bon émonctoire que l’organisme nous appelle à trouver !
Au 16ème siècle, Paracelse , médecin et philosophe suisse, disait :
«  Ce qui appartient à la transpiration doit être expulser par la transpiration, ce qui appartient aux selles doit être éliminé par les selles... Un médecin qui sait placer virtutem explusivam où elle désire, connait déjà le tiers de la médecine...».
« Si la nature te donne un signe, tu dois savoir à quoi il se rapporte, l’aider à s’en sortir et ne t’en rapporter à aucun autre. Trouves tu une douleur à un certain endroit, saches que la nature veut un émonctoire à cet endroit là. Si l’émonctoire n’y est pas par nature, fais en un car la nature veut l’avoir là... ».

Hahnemann, lui-même avait observé que dans certains cas , l’action éliminatrice (ou canalisatrice) des remèdes était trop forte et il conseillait alors d’utiliser d’antidoter leurs effets trop perturbateurs.
Il créa la notion d’ antidote, notamment pour les médicaments de la psore. Il conseillait de ne pas trop perturber l’organisme dans sa réaction.

Léon Vannier précise dans son ouvrage la pratique de l’homéopathie :
« le remède de drainage est le remède dont les signes correspondent le mieux, sont les plus analogues aux symptômes morbides présentés par le malade... ».

R. Allendy dans son ouvrage le drainage et l’alimentation écrit : « le drainage doit être une médication à action aussi localisée que possible... les remèdes de drainage doivent donc être choisis de préférence parmi les substances possédant une électivité d’action nette sur un point défini du corps...Ils doivent être inoffensifs, donc plus proches de la matière alimentaire... Leur similitude sera plus plutôt une similitude de localisation que la similitude de modalité à laquelle nous avons l’habitude de nous référer...».

A. Nebel disait :
« La canalisation est l’art de déterminer l’orientation de l’action physiologique du remède principal par la prescription du ou des remèdes satellites nettement définis ».

A. Roux a condensé la technique de drainage mise au point par son maitre A. Nebel :
« Le drainage consiste à faire éliminer à l’organisme ce qui doit être éliminé…Il agira par stimulation organique, résorption d’une congestion locale, élimination d’un agglomérat de toxines... ».

H. Jaricot dans sa publication sur le drainage de A. Nebel en homéopathie écrit :
" La pratique du drainage consiste à faire suivre ou précéder le médicament principal…,par l’emploi d’un ou plusieurs satellites qui ont pour but de faciliter l’élimination toxémique dans un état morbide donné, d‘empêcher l‘aggravation médicamenteuse et d‘obtenir un résultat plus rapide et plus sur...".



En conclusion, le drainage en homéopathie a pour but d’éviter une aggravation quelque fois brutale de la maladie, due à la libération trop massive des toxines. En ouvrant les émonctoires (foie, reins…), en canalisant les toxines, certains remèdes permettent s’ils sont administrés en basse dilution , d’atténuer la réaction du remède smillé.
C’est ainsi par ex. que dans l’eczéma où le remède le plus important est SULFUR, il faudra aussi prescrire un draineur tel le complexe : Zea-Saponaria-Fumaria en 3D afin de nettoyer le foie et les reins, d’épurer le sang et ainsi d’éviter une aggravation qui pourrait devenir catastrophique !

Les draineurs sont en général des plantes :Solidago, Berbéris, Chelidonium, Nux vomica…,mais on peut utiliser le remède smillé à condition qu’il soit prescrit en très basse dilution .

Une nouvelle forme de drainage, mise au point par le Dr Pol Henry de Bruxelles consiste à utiliser des macérations glycérinés en 1ère D de tissus végétaux embryonnaires : c’est la gemmothérapie, reprise en France par les Drs M. Tetau , Bergeret et D. Scimeca….
Cette discipline m’est apparue plus simple à utiliser que l’homéopathie, notamment pour un néophyte en homéopathie. Elle nécessite cependant une bonne connaissance de l’action des plantes et la bonne observation des symptômes morbides du malade.

En conclusion, je citerai les propos de mon professeur d’homéopathie, le Dr Joanny:

DRAINEZ, DRAINEZ, IL EN RESTERA TOUJOURS QUELQUE CHOSE !


Bibliographie :

-La médecine douce des animaux de compagnie: Dr G. Lippert, vétérinaire.
-Homéopathie vétérinaire : Dr H.Quiquandon, vétérinaire
-Thérapeutique homéopathique vétérinaire : Dr M.N Issautier , vétérinaire
- Les livres du Dr J. Peker, vétérinaire.
-Rajeunir nos tissus avec les bourgeons - Gemmothérapie : Drs M. Tetau - D.Scimena
- La pharmacie verte de James A. Duke.
- La matière médicale du Dr Joanny
- les ouvrages de S. Hahnemann ( Organon),L.Vannier (La pratique de l'homéopathie),
A.Nebel (Le drainage et sa canalisation : Homéopathie moderne), Hippocrate (Aphorismes: paragraphes 21 à 25)....